• La lecture ou la prison ? ou comment résoudre la délinquance par les livres

     

    Imaginez : des taulards remis en liberté, à la seule condition qu'ils acceptent... de lire des bouquins et d'en discuter ! Et ça marche... C'est une bien belle histoire vraie que nous raconte Philippe Boulet-Gercourt dans un article paru dans le dernier numéro du Nouvel Obs.

     

    Massachusetts, 1991. Un juge et son copain prof de littérature discutent. Le premier confie au second être frustré par le système judiciaire qui lui renvoie sans cesse les mêmes récidivistes. Le prof, Robert Waxler, propose alors d'essayer quelque chose avec les livres. Bientôt, huit cobayes à la peau dure (qui totalisent ensemble 142 condamnations) se voient réunir sur le campus de Dartmouth pour des sessions-lectures. Des sessions, qui, 18 ans plus tard, continuent à fonctionner.

     

    Le principe du programme : « en acceptant de lire six livres en douze semaines, et d'en discuter, le prévenu échappe à la prison ferme ou sort de prison avant terme. » Mais attention, le juge Michael Leahy précise : « Certains, pour ne pas avoir lu un livre, ont été renvoyés en prison. » Ce programme n'est donc pas un programme pour rire. Les participants eux-mêmes ne déconnent pas. Ils se prennent des claques en lisant Steinbeck et Jack London. Le juge n'oubliera jamais Larry Bird, un héroïnomane pendant longtemps incarcéré, qui passa les dernières années de sa vie à dévorer un stock de livres achetés aux puces...

    Les résultats de ce programme aurait dû en faire un véritable modèle : deux fois moins de récidivistes parmi les participants, et plus économique que l'incarcération systématique. Mais alors, pourquoi seules quelques villes s'en sont inspiré ? Car bien sûr, Le « tout-répressif » est « tellement plus simple », rappelle le journaliste à la fin de son article. Finalement, pas tout à fait un conte de fées...

     



     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :